Rapt

En 2022, alors qu’elle est en train de travailler à la mise en scène du Firmament de Lucy Kirkwood, Chloé Dabert reçoit le texte d’une jeune autrice canadienne, Lucie Boisdamour. L’écho entre les deux écritures est troublant : rythme haletant, humour corrosif, jeu avec les codes du thriller contemporain. Rapt questionne l’usurpation d’identité sur les réseaux, la manipulation des informations dans une société de la surveillance permanente, le militantisme écologique confronté aux intérêts des grandes puissances industrielles, le complotisme à l’ère de la démocratie numérique. L’autrice semble avoir mené une enquête où se mêlent réalité et fiction, et qui l’a menée loin, trop loin peut-être. Dans la mise en scène de Chloé Dabert, les écrans et la vidéo accentuent cette dimension paranoïaque, au point que l’on se demande si le public lui-même n’est pas en train de se faire hacker…

Chloé Dabert

Comédienne et metteuse en scène, Chloé Dabert a été formée au Conservatoire national supérieur d’art dramatique à Paris (CNSAD). Elle a joué notamment sous la direction de Joël Jouanneau, Jeanne Champagne et Madeleine Louarn.
En 2012, elle fonde avec Sébastien Éveno la compagnie Héros-limite. Le spectacle Orphelins de Dennis Kelly, qu’elle crée à Lorient en 2013 est lauréat du festival Impatience 2014.
Artiste associée au CDDB-Théâtre de Lorient, au CENTQUATRE-PARIS, au Quai – Centre dramatique national d’Angers et résidente à l’espace 1789 de Saint-Ouen, elle met
en scène des écritures contemporaines dont plusieurs textes de Lola Lafon et de l’auteur dramatique Dennis Kelly dont elle participe à faire connaître son écriture en France.
En 2018, elle monte J’étais dans ma maison et j’attendais que la pluie vienne de Jean-Luc Lagarce à la Comédie-Française et Iphigénie de Racine au Festival d’Avignon.
Elle dirige la Comédie, Centre dramatique national de Reims, depuis janvier 2019. En 2020, elle crée Girls and Boys de Dennis Kelly puis Dear Prudence, une commande d’écriture à Christophe Honoré dans le cadre du projet « Lycéen.ne.s citoyen.ne.s, sur les chemins du théâtre ».
En 2021, elle met en espace Le Mur invisible de Marlen Haushofer pour Lola Lafon et Maëva Le Berre au Festival d’Avignon.
Elle a créé en 2022 Le Firmament, Grand Prix du Syndicat de la Critique 2023, une pièce de Lucy Kirkwood, pour 16 comédiens dont 13 femmes, à ce jour inédite en France.

de Lucie Boisdamour
mise en scène Chloé Dabert

avec : Andréa El Azan, Anne-Lise Heimburger, Asma Messaoudene et Arthur Verret
assistanat à la mise en scène : Virginie Ferrere
scénographie : Pierre Nouvel
costumes : Marie La Rocca
lumières : Auréliane Pazzaglia
son : Lucas Lelièvre
maquillage, coiffures : Judith Scotto

régie générale : Cyrille Molé
accessoires : Marion Rascagnères
régie plateau : Mohamed Rezki
régie lumières : Arno Seghiri, Aurélien Charlier
régie son et vidéo : Camille Gateau, Julien Mathieu
assistante costumes : Élise Beaufort
patine : Bruno Jouvet
décors : Atelier de construction Scenopolis

remerciements : Sébastien Éveno, Rose Morel, Marcus Smith, Lili Garnier, Jožko Adamčík

production : Comédie – CDN de Reims

L’ARCHE est éditeur et agent théâtral du texte représenté.