La Chambre de Maldoror

Seul dans une petite chambre parisienne, à la fin du XIXe siècle, un très jeune homme écrit la nuit un texte maléfique, en plaquant des accords furieux sur un piano de location. Les portes de l’inconscient, ouvertes sur l’art du XXe siècle, ne se refermeront pas. Seul dans sa chambre de théâtre, Benjamin Lazar, alias Isidore Ducasse, alias le comte de Lautréamont, alias Maldoror, déplie avec précision l’obscurité du chant, les visions et les métamorphoses. Et plus d’une fois, au détour d’une phrase, au creux de nos oreilles casquées, se lèvera en trois dimensions l’espace mental du poème.

Benjamin Lazar

Benjamin Lazar, comédien et metteur en scène, a fondé la compagnie Le Théâtre de l’Incrédule en 2004. Il y explore les zones frontières entre le passé et le présent, entre le théâtre et la musique, entre les mots et les images. Il a créé notamment L’Autre Monde ou les États et Empires de la Lune d’après Cyrano de Bergerac, Les Amours tragiques de Pyrame et Thisbé de Théophile de Viau, Feu d’après Pascal, Le Dibbouk d’An-ski ou, en 2016, Traviata, vous méritez un avenir meilleur au Théâtre des Bouffes du Nord. Artiste associé à la Maison de la Culture d’Amiens, il y crée Heptaméron / Récits de la chambre obscure avec l’ensemble Les Cris de Paris. En mai 2021, au Théâtre des 13 vents, il a initié le projet L’entremonde, cycle de recherche autour de l’image intérieure, avec les musiciens Augustin Müller et Pedro Garcia-Velasquez et dont La Chambre de Maldoror est une des étapes de création. Il a monté également de nombreux opéras en France et à l’étranger. À l’Opéra de Montpellier, après Pelléas et Mélisande de Debussy en 2022, il créera cette saison l’Orfeo de Sartorio en juin 2023.

mise en scène et interprétation : Benjamin Lazar

d’après Les Chants de Maldoror du Comte de Lautréamont
scénographie : Adeline Caron
images : Joseph Paris
lumières : Mael Iger
création sonore : Pedro Garcia-Velasquez, Augustin Muller
collaboration artistique : Jessica Dalle

production : Le Théâtre de l’Incrédule
coproduction : La Maison de la Culture d’Amiens
avec le soutien de la Région Normandie