Edelweiss [France Fascisme]

Un slogan ouvre la pièce, qui rappelle le choix historique opéré en France au milieu des années 1930 par une partie de la droite patronale et de l’extrême-droite : « Plutôt Hitler que le Front populaire ».
C’est sous cette bannière que Sylvain Creuzevault va faire défiler sur scène les figures politiques et intellectuelles de la Collaboration. Une reconstitution chronologique aux allures de cabaret, sur fond grésillant de vieux postes de radio, de petits intérêts, de grandes compromissions, d’envolées de haine et d’appels au pire. Conçue à partir de documents d’époque (et d’improvisations clownesques), la pièce retrace quelques années d’une histoire française, de juillet 1941 où fut créée la Légion des volontaires français qui allait grossir les rangs de l’armée nazie, à l’épuration de janvier 1945 où furent prononcées les premières condamnations à mort pour intelligence avec l’ennemi.

Sylvain Creuzevault

Cofondateur du groupe D’ores et déjà, Sylvain Creuzevault signe sa première mise en scène en 2003 (Les Mains bleues de Larry Tremblay), puis monte en 2005 Visage de feu de Marius von Mayenburg. À l’Odéon, il participe à la création de Fœtus, dans le cadre du festival Berthier’06, puis met en scène Baal de Brecht (2006, dans le cadre du Festival d’Automne à Paris).
Le Père Tralalère, créé au Théâtre-Studio d’Alfortville en 2007, est repris à la Colline, où Creuzevault met en scène Notre terreur (2009). Il travaille au Deutsches Schauspielhaus (Hambourg 2009) où il crée La Mission de Müller. Viennent ensuite à la Colline, toujours dans le cadre du Festival d’Automne à Paris, Le Capital et son Singe (2014 et 2016), Angelus Novus AntiFaust (créé au Théâtre national de Strasbourg). En 2018, après avoir adapté Les Démons de Dostoïevski (Odéon), il a monté Les Tourmentes, d’après Mallarmé et Jack London (MC93 Bobigny), ainsi qu’une nouvelle version du travail sur Marx, Banquet Capital. Il retrouve Dostoïevski avec L’Adolescent (Odéon, 2019, festival des écoles du théâtre public). Le romancier russe lui inspire également Le Grand Inquisiteur, présenté à l’Odéon (2020).
En 2021, il fonde les Conseils Arlequins, École du Parti. Cette école oriente son travail pédagogique sur la formation de l’acteur autour de l’œuvre L’Esthétique de la résistance de Peter Weiss.
Sylvain Creuzevault est artiste associé de l’Odéon-Théâtre de l’Europe depuis 2016.

mise en scène Sylvain Creuzevault

de et avec : Juliette Bialek, Valérie Dréville, Vladislav Galard, Pierre-Félix Gravière, Arthur Igual, Charlotte Issaly, Frédéric Noaille, Lucie Rouxel
et Antonin Rayon (musicien)
assistanat mise en scène : Ivan Marquez
dramaturgie : Julien Vella
lumières : Vyara Stefanova
musique et son : Antonin Rayon, Loïc Waridel
scénographie : Jean-Baptiste Bellon, Jeanne Daniel-Nguyen
vidéo : Simon Anquetil
costumes : Constant Chiassai-Polin
maquillage, perruques : Mityl Brimeur

régie générale : Clément Casazza
administration de production : Anne-Lise Roustan
direction de production : Élodie Régibier

production : Le Singe
coproduction : Odéon – Théâtre de l’Europe ; Festival d’Automne à Paris ; La Comédie de Saint-Étienne – CDN ; Théâtre Garonne – Scène européenne Toulouse ; L’Empreinte Scène nationale Brive-Tulle ; La Comédie de Béthune – CDN Hauts de France ; Points communs Scène nationale de Cergy-Pontoise
avec la participation artistique du Jeune Théâtre National
réalisation décor et accessoires : atelier de construction de l’Odéon-Théâtre de l’Europe

création le 21 septembre 2023 aux Ateliers Berthier de l’Odéon-Théâtre de l’Europe, dans le cadre du Festival
d’Automne