productions

Un Hamlet de moins

Un Hamlet de moins

Nathalie Garraud et Olivier Saccomano

Dans la pièce de Shakespeare, quatre jeunes gens travaillent depuis 420 ans : Hamlet, le prince poète qui fait le fou pour faire ou ne pas faire ce que son père lui a demandé, Ophélie, à qui son père a appris à dire monseigneur à tous les hommes du Moyen Âge en attendant qu’on l’épouse ou qu’on l’abuse, Laërte son frère, qui est prêt à renverser le royaume s’il n’obtient pas justice, Horatio, l’ami philosophe, qui depuis le jour des meurtres, fatal aux trois autres, a la charge de perpétuer la tragédie à travers l’histoire.
Arracher ces quatre rôles à la pièce d’origine, ce n’est pas les libérer des mots d’ordre de leurs parents ou de leur royaume, ou de la fable shakespearienne, c’est les laisser creuser et explorer pour eux-mêmes des galeries souterraines dans le monument, suivre aveuglément — comme des taupes — les bifurcations du désir et de ses labyrinthes, et sortir la tête, à intervalles réguliers depuis 420 ans, pour éprouver les nouveaux visages de l’obscénité du pouvoir.

générique

conception : Nathalie Garraud et Olivier Saccomano
d’après Hamlet de Shakespeare
écriture : Olivier Saccomano
mise en scène : Nathalie Garraud
jeu : Cédric Michel, Florian Onnéin, Conchita Paz, Charly Totterwitz de la Troupe Associée au Théâtre des 13 vents
scénographie : Nathalie Garraud
costumes : Sarah Leterrier
assistanat à la mise en scène : Ariane Salesne
son : Serge Monségu
construction décor : Christophe Corsini, Colin Lombard

production : Théâtre des 13 vents CDN Montpellier

durée 1h15

date de création

dans la cadre du Printemps des Comédiens
du 10 au 26 juin à 20h au Théâtre des 13 vents

dates et lieux de tournée

  • 3 Juil 2021 • Détours • Grasse
  • 16 Oct 2021 • RAMDAM, un centre d'art • Sainte Foy-lès-Lyon
  • 20 Mai 2022 • Salle Maria Callas • Juvignac

dossier

Un Hamlet de moins

contact

Sandrine Morel, directrice des relations avec le public,
sandrinemorel@13vents.fr, 04 67 99 25 13

Agathe Robert, directrice de production,
agatherobert@13vents.fr, 04 67 99 25 11

La Beauté du geste

La Beauté du geste

Nathalie Garraud et Olivier Saccomano

Cernés par l’état d’urgence, cinq acteurs attirent à eux les grands corps de l’État : la Police et la Justice. Ils jouent des CRS, répètent les gestes élémentaires et métaphysiques du maintien de l’ordre, poussant le jeu des apparences jusqu’au trouble où la pensée dérape. La Justice, interrompant la pièce, bouclera le théâtre pour atteinte à l’autorité de l’État, intentant un procès d’exception aux acteurs et aux spectateurs. Début d’une grande ronde où, parmi robes, perruques et postiches, prévenus et magistrats improvisés s’exercent au jugement de l’art.

générique

conception : Nathalie Garraud et Olivier Saccomano
écriture : Olivier Saccomano
mise en scène : Nathalie Garraud
jeu : Mitsou Doudeau, Cédric Michel*, Florian Onnéin*, Conchita Paz*, Charly Totterwitz*
scénographie : Jeff Garraud
costumes : Sarah Leterrier
lumières : Sarah Marcotte
son : Serge Monségu
assistanat à la mise en scène : Romane Guillaume
*Troupe Associée au Théâtre des 13 vents

La Beauté du geste est publiée aux éditions Les Solitaires Intempestifs.

production : Théâtre des 13 vents CDN Montpellier
coproduction : Maison de la Culture d’Amiens — Pôle Européen de production< >; Châteauvallon — Scène nationale ; Les Scènes du Jura — Scène nationale ; Les Halles de Schaerbeek (Bruxelles)
avec le soutien de : La Vignette — Scène conventionnée Université Paul-Valéry Montpellier III ; du Bois de l’Aune (Aix-en-Provence) ; du T2G — CDN de Gennevilliers ; des Rencontres à l’échelle — Friche la Belle de Mai (Marseille)

durée 2h30

date de création

du 3 au 18 octobre 2019 au Théâtre des 13 vents, Montpellier

dates et lieux de tournée

  • 20 Oct 2021 • L'empreinte, Scène nationale Brive-Tulle • Brive-la-Gaillarde
  • 21 Oct 2021 • L'empreinte, Scène nationale Brive-Tulle • Brive-la-Gaillarde
  • 22 Oct 2021 • L'empreinte, Scène nationale Brive-Tulle • Brive-la-Gaillarde
  • 2 Déc 2021 • Théâtre Durance, Scène conventionnée d'intérêt national Art et Création • Château-Arnoux-Saint-Auban
  • 3 Déc 2021 • Théâtre Durance, Scène conventionnée d'intérêt national Art et Création • Château-Arnoux-Saint-Auban
  • 9 Déc 2021 • Les Quinconces & L'Espal, Scène nationale Le Mans • Le Mans
  • 10 Déc 2021 • Les Quinconces & L'Espal, Scène nationale Le Mans • Le Mans
  • 16 Déc 2021 • LE ZEF, Scène nationale Marseille • Marseille
  • 17 Déc 2021 • LE ZEF, Scène nationale Marseille • Marseille
  • 3 Fév 2022 • L'Archipel, Scène nationale Perpignan • Perpignan
  • 4 Fév 2022 • L'Archipel, Scène nationale Perpignan • Perpignan
  • 21 Mar 2022 • T2G, Théâtre de Gennevilliers CDN • Gennevilliers
  • 22 Mar 2022 • T2G, Théâtre de Gennevilliers CDN • Gennevilliers
  • 23 Mar 2022 • T2G, Théâtre de Gennevilliers CDN • Gennevilliers
  • 25 Mar 2022 • T2G, Théâtre de Gennevilliers CDN • Gennevilliers
  • 26 Mar 2022 • T2G, Théâtre de Gennevilliers CDN • Gennevilliers
  • 27 Mar 2022 • T2G, Théâtre de Gennevilliers CDN • Gennevilliers
  • 5 Avr 2022 • Théâtre des 13 vents CDN Montpellier • Montpellier
  • 6 Avr 2022 • Théâtre des 13 vents CDN Montpellier • Montpellier
  • 7 Avr 2022 • Théâtre des 13 vents CDN Montpellier • Montpellier
  • 8 Avr 2022 • Théâtre des 13 vents CDN Montpellier • Montpellier

dossier

dossiercrea_LaBeauteDuGeste_270421

contact

Jessica Delaunay
secrétaire générale, collaboratrice à la programmation
jessicadelaunay@13vents.fr
+33 (0)6 37 49 61 38 / +33 (0)4 67 99 25 25

Agathe Robert
directrice de production
agatherobert@13vents.fr
+33 (0)4 67 99 25 11

L’Arrivée de mon pantalon dans le port de Hambourg

L’Arrivée de mon pantalon dans le port de Hambourg

Alain Béhar 

Il s’agit d’un récit joyeusement géopolitique. Quasi une épopée. Le voyage du pantalon que porte la jeune femme qui raconte, dont il a été réalisé 65 000 exemplaires, depuis le moment où il a été dessiné et conçu dans les Vosges, puis fabriqué aux Philippines, puis transporté via le canal de Panama jusqu’au port de Hambourg et jusqu’au magasin à côté de chez elle, où elle l’a acheté hier. Chemin faisant, on parle des milliers de gens qui ont, d’une façon ou d’une autre, de près ou de loin, contribué à ce que ce pantalon devienne le sien, enfin celui du personnage.

générique

texte et mise en scène : Alain Béhar
avec Maïna Barrera et Ludivine Bluche
une pièce de la compagnie Quasi

production : Théâtre des 13 vents CDN Montpellier, Département de l’Hérault

« Créé dans le cadre du dispositif Collèges en tournée, une initiative du Département de l’Hérault »

durée 50 mn

contact

Agathe Robert
directrice de production
agatherobert@13vents.fr
+33 (0)4 67 99 25 11

Essai sur le désordre entre générations

Essai sur le désordre entre générations

Marion Aubert et Marion Guerrero

Tibor, un jeune homme, débarque dans une salle de classe. Il est vêtu d’une tenue de dératiseur, porte avec lui une basse et une édition du Joueur de flûte d’Hamelin. Tibor voudrait bien parler aux élèves, les envoûter, avec cette légende peut-être, leur proposer un nouveau modèle de société, mais il ne sait comment s’adresser à eux. C’est alors qu’il est envahi par la figure de Lisbeth, sa grand-mère. Lisbeth est sur le point de mourir, dans un hospice, enfermée, et visiblement maltraitée. Autour d’elle, des adolescentes sont aussi enfermées et veulent mourir. Par l’entremise de Tibor, Lisbeth crie aux jeunes les insuffisances, la brutalité et l’étroitesse de sa vie, ce qu’elle n’a pas su être, pas pu vivre, et les invite ainsi, peut-être, à penser leur propre vie et à mettre tout en œuvre pour lutter, échapper à une telle catastrophe.

générique

texte : Marion Aubert
mise en scène : Marion Guerrero
jeu en alternance : Charly Breton, Romain Debouchaud
une pièce de la compagnie Tire pas la Nappe

production : Théâtre des 13 vents CDN Montpellier, Département de l’Hérault

« Créé dans le cadre du dispositif Collèges en tournée, une initiative du Département de l’Hérault »

durée 35 mn

contact

Rolande Le Gal, chargée des relations avec le public,
rolandelegal@13vents.fr 04 67 99 25 12

Agathe Robert, directrice de production,
agatherobert@13vents.fr 04 67 99 25 11

coproductions

Les Frères Karamazov

Les Frères Karamazov

Sylvain Creuzevault 

Qui a tué le père ? Le vieux Karamazov avait quatre fils, dont un bâtard. Un seul a donné le coup, le pilon de cuivre est dans le jardin, couvert de sang. Une chose est sûre : personne n’est innocent, et tous les motifs, à force de contradiction, exploseront en vol. Puis passera la justice des hommes. Jean Genet : « Ai-je mal lu Les Frères Karamazov ? Je l’ai lu comme une blague. Une farce, une bouffonnerie à la fois énorme et mesquine, puisqu’elle s’exerce sur tout ce qui faisait de [Dostoïevski] un romancier possédé, elle s’exerce contre lui-même, et avec des moyens astucieux et enfantins, dont il use avec la mauvaise fois têtue de Saint-Paul. »

générique

d’après Fédor Dostoïevski
adaptation et mise en scène : Sylvain Creuzevault
avec : Nicolas Bouchaud, Sylvain Creuzevault, Servane Ducorps, Vladislav Galard, Arthur Igual, Sava Lolov, Frédéric Noaille, Blanche Ripoche, Sylvain Sounier et les musiciens Sylvaine Hélary et Antonin Rayon
traduction : André Markowicz
dramaturgie : Julien Allavena
scénographie : Jean-Baptiste Bellon
lumière : Vyara Stefanova
musique : Sylvaine Hélary et Antonin Rayon
son : Michaël Schaller
costumes : Gwendoline Bouget
maquillage : Mytil Brimeur, Judith Scotto
vidéo : Valentin Dabbadie
masques : Loïc Nébréda

Les Frères Karamazov est publié aux éditions Actes Sud.

production : Le Singe
coproduction : Odéon — Théâtre de l’Europe ; Festival d’Automne à Paris ; L’empreinte – Scène nationale Brive-Tulle ; Théâtre des 13 vents CDN Montpellier ; La Coursive – Scène nationale de la Rochelle ; Bonlieu – Scène nationale Annecy
avec le soutien de l’Office artistique de la région Nouvelle-Aquitaine
avec le soutien de l’Adami
avec le Festival d’Automne à Paris

durée sous réserve 3 h 30 entracte compris

De ce côté

De ce côté

Dieudonné Niangouna

Dido, ex-homme de théâtre, est seul au fond de son bar et de son exil. D’ici et de là-bas, les fantômes reviennent : les spectateurs abandonnés, la famille en détresse, les activistes afro-africains, les tenants du régime qui lui ont fait quitter le pays, les remords et les regrets qui lui ont fait quitter la scène. Arrive une proposition : un rôle dans un spectacle intitulé « La fin de la colère ». Occasion pour Dido de remonter le fil de son histoire, d’enterrer ses morts, et de donner peut-être une nouvelle forme à ses combats.

générique

texte, mise en scène et jeu : Dieudonné Niangouna
création lumière : Laurent Vergnaud
création vidéo : Sean Hart

production : Compagnie Les Bruits de la Rue
coproduction : Théâtre des 13 vents CDN Montpellier

durée 1h05

L’Odyssée

Marion Aubert et Marion Guerrero

Télémaque attend le retour de son père Ulysse, parti pour un long voyage. La déesse Athéna veille sur l’enfant esseulé et lui laisse voir, comme à travers un rêve, les aventures de son père jusqu’à son retour auprès de Pénélope.
Télémaque, seul sur la grève, se pose des questions : « C’est quoi grandir sans figure paternelle ? Pourquoi son père est-il parti ? Et ce père ? Qui est-il ? À qui s’identifier ? Comment grandir ? »
Sur la plage, une bande d’enfants. Les enfants orphelins – peut-être eux aussi les enfants des marins partis, Mentor, le chef de la bande, et Athéna, une toute jeune déesse. Ensemble, ils consolent Télémaque, lui jouent, et chantent, et inventent les exploits – mais aussi les échecs de leurs pères.
Et ensemble, aidés par la fiction, ils apprennent à grandir.

générique

texte : Marion Aubert
mise en scène : Marion Guerrero
création lumières : Olivier Modol

jeu : Julien Bodet, Capucine Ducastelle et Gaëtan Guérin
création partagée avec un groupe d’élèves d’écoles primaires ou collèges

 

texte paru aux Éditions Heyoka Jeunesse – Actes Sud-Papiers

Production Cie Tire pas la Nappe, conventionnée par le Ministère de la Culture et de la Communication DRAC Occitanie
Théâtre Joliette Marseille, Accueil en Studio Libre Théâtre des 13 vents CDN de Montpellier
avec le soutien de La Minoterie à Dijon et le Théâtre des Îlets CDN de Montluçon
aide à la création de la Région Occitanie

date de création

création du 18 au 29 janvier 2021 à Bonlieu Scène nationale – Annecy

Le Poids des choses

Camille Boitel

Nous tombons par terre en permanence, nous sommes lourds, pesants, écrasés, attachés au sol malgré nous. Le poids nous jalonne, nous installe en nous-mêmes. Nous le portons au quotidien et sans cesse. Ce poids nous tient au sol, nous aplatit, nous immobilise peu à peu. Et quand nous nous penchons au-dessus du vide, nous sentons le vertige à l’intérieur de notre ventre, vertige de perdre le sol qui appuie sur la plante de nos pieds. Mais lorsque le sol n’appuie plus, quand le sol ne nous aime plus, nous tombons à l’envers.
Dans une performance de mime virtuose, Camille Boitel fait vaciller nos certitudes sur le poids et l’ordre des choses. Dans ses mains, les objets paraissent vivants, ou du moins obéir à des lois de la gravité qui ne nous sont pas familières : ils semblent démesurément lourds ou incroyablement légers, voire en lévitation… sans pratiquement aucun trucage, l’artiste défie les lois de la pesanteur. Ce spectacle surprenant vous donnera le vertige, que vous soyez jeune ou moins jeune spectateur…

générique

écriture et interprétation : Camille Boitel
regard extérieur et interventions en jeu : Sève Bernard
régie lumière : Jacques Grislin
création du système de spatialisation et régie son : Pierre-Olivier Boulant
régie plateau et manipulations : Kenzo Bernard

accessoirisme et construction d’occasion : Guillaume Beguinotet Margot Chalmeton

régie générale : Stéphane Graillot
administration et production : Elsa Blossier

remerciements à Flora Baïna pour le costume du pantin.

clin d’œil involontaire au travail de Julie Nioche et Mélissa Von Vépy, dans la séquence  » le poids du corps« .

production : L’immédiat

coproduction : Le Canal, Théâtre du Pays de Redon, scène conventionnée d’intérêt national, Art et Création pour le théâtre / L’Odyssée, scène conventionnée de Périgueux / Théâtre Victor Hugo, Bagneux / Bonlieu, scène nationale d’Annecy / Théâtre de l’Arsenal de Val de Reuil – scène conventionnée d’intérêt national “art et création pour la danse” / Théâtre des 13 vents, CDN de Montpellier / “Les Aires”, Théâtre de Die et du Diois – Scène conventionnée d’intérêt national Art en territoire.

avec le soutien en résidence de La Martofacture, Sixt sur Aff; du Moulin d’Andé, centre artistique et culturel; et du Cube-Studio Théâtre de Hérisson.

avec l’aide à la création Spectacle Vivant de la Région Ile de France.

Les Apôtres au Cœurs Brisés (Cavern Club Band)

Les Apôtres au Cœurs Brisés (Cavern Club Band)

Céline Champinot

Dans une caverne (cave? studio d’enregistrement ? abri antiatomique? tombeau? terrier?), cinq artistes (activistes? fidèles? losers? popstars? junkies?) commémorent une dernière fois la mort du leader de leur groupe, un dénommé Jésus. Mais les temps ont changé : il se peut que la République les espionne, ou que le monde extérieur ait disparu.
Céline Champinot puise à la source underground des premiers groupes chrétiens (explorée en leur temps par Philip K. Dick et les Beatles) et la détourne au gré des obsessions, rêveries et hallucinations de notre temps.

générique

texte et mise en scène : Céline Champinot
avec : Maëva Husband, Élise Marie, Sabine Moindrot, Claire Rappin, Adrienne Winling lumière : Claire Gondrexon
scénographie : Émilie Roy
dramaturgie et chorégraphie : Céline Cartillier
composition musicale : Antoine Girard et Céline Champinot
création sonore : Benjamin Abitan et Raphael Mouterde
costumes : les Céline

production : Groupe LA GALERIE / Théâtre Dijon Bourgogne – CDN
coproduction : Théâtre des 13 vents CDN Montpellier ; Comédie de Colmar – CDN Grand Est Alsace ; Théâtre de La Bastille
Soutiens : L’Hexagone Scène Nationale Arts Sciences – Meylan ; Kunstencentrum BUDA; La Spedidam, en cours
Le Groupe LA GALERIE est associé au Théâtre Dijon Bourgogne CDN

durée 1h45 sous réserve

Y aller voir de plus près

Maguy Marin

« Le premier qui, ayant enclos un terrain, s’avisa de dire, ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères et d’horreurs n’eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à ses semblables : Gardez-vous d’écouter cet imposteur ; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, et que la terre n’est à personne »
Jouer à dénicher sans continuité logique, par montage et association d’idées, les conflits d’intérêts individuels et collectif qui amènent des petites guerres dérisoires de voisinage aux conflits mondiaux, tyrannies, meurtres, délations, collaborations, accommodements et lâchetés perpétués sans interruption depuis la nuit des temps. Opérer par sauts, rebonds, hiatus, reprises et donner à voir le travail d’une élucidation tâtonnante qui bute, reprend, justifie, culpabilise, ajoute, avance et recule en fonction du danger encouru et de sa propre survie.
Y aller voir de plus près.

générique

avec : Antoine Besson, Kais Chouibi, Daphné Koutsafti, Louise Mariotte

conception : Maguy Marin
film : Anca Bene, David Mambouch
scénographie : Balyam Ballabeni, Benjamin Lebreton
lumière et direction technique : Alexandre Béneteaud
musique : David Mambouch
son : Chloé Barbe
maquettes : Paul Pedebidau
iconographie : Benjamin Lebreton, Louise Mariotte
costumes : Nelly Geyres

production Compagnie Maguy Marin

coproduction Festival d’Avignon, Théâtre de la Ville (Paris), Théâtre Dijon-Bourgogne Centre dramatique national, Théâtre des 13 vents Centre dramatique national de Montpellier, Théâtre + Cinéma Scène nationale Grand Narbonne, Compagnie Scènes Théâtre Cinéma (Lyon), Théâtre de Lorient Centre dramatique national, Pôle-Sud Centre de développement chorégraphique national de Strasbourg, Les Halles de Schaerbeek (Belgique), Le Parvis Scène nationale Tarbes Pyrénées, Théâtre national de Bretagne (Rennes)

La Compagnie Maguy Marin à rayonnement national et international est soutenue par le Ministère de la Culture – DRAC Auvergne-Rhône-Alpes.
La Compagnie Maguy Marin est subventionnée par la Ville de Lyon, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et reçoit l’aide de l’Institut français pour ses projets à l’étranger.

Music all

Music all

Marco Berrettini, Jonathan Capdevielle et Jérôme Marin

Cette pièce est une longue métamorphose, un cycle de destruction et de résurrection, un numéro de Music-hall sans fin où apparaissent les obsessions de chaque interprète. La scène est une aire d’autoroute, sombre, abandonnée, avec son aire de jeux pour les enfants. Whitney Houston y frise l’implosion. Marguerite Duras y prône la destruction de tout. Marlene Dietrich y croise un cascadeur professionnel qui brûle en fond de scène. Et au fil des artifices, les questions naissent en silence : qui est sur la scène? pour quel numéro de trop? pour quel échec, quel salut, quel abandon ?

générique

conception : Marco Berrettini, Jonathan Capdevielle et Jérôme Marin
musique live : Théo Harfoush
cascadeur : Franck Saurel
assistant artistique : Louis Bonnard
scénographie et lumières : Bruno Faucher
costumes : Colombe Lauriot Prévost
création sonore : Vanessa Court

production déléguée : Association Poppydog et *Melk Prod
coproduction : L’Arsenic – Lausanne; l’ADC – Genève; Festival d’Automne à Paris ; CCN2 – Centre chorégraphique national de Grenoble dans le cadre de l’accueil studio ; le Manège – Scène nationale de Reims ; T2G Théâtre de Gennevilliers CDN ; Théâtre des 13 vents CDN Montpellier ; Théâtre de Lorient – CDN ; Centre Dramatique National d’Orléans ; La rose des vents – Scène nationale Lille Métropole – Villeneuve d’Ascq ; MC2 : Grenoble ; Le Lieu Unique – Scène nationale de Nantes
remerciements à Nanterre-Amandiers, Centre dramatique national
avec le soutien de la Fondation Schweizerische Interpretenstiftung
Jonathan Capdevielle est artiste associé au Centre Dramatique National d’Orléans et au Théâtre Garonne – Scène européenne (Toulouse)

durée 2h sous réserve

Faillir être flingué

Guillaume Bailliart, Groupe Fantômas

Une aventure au Far-West, entre expérimentation politique, chamanisme et délire scénique, loin des codes du genre ! Cette adaptation du roman de Céline Minard par la joyeuse bande de Guillaume Bailliart fait débarquer le western sur les plateaux de théâtre. Une véritable épopée dans les hautes herbes de l’Ouest.

générique

d’après le roman de Céline Minard
dramaturgie et participation à l’adaptation : Julie Etienne, Elodie Perrin
mise en scène : Guillaume Bailliart
collaboration à la mise en scène : Théodore Oliver
jeu : Sachernka Anacassis, Martin Barré, Pierre-Jean Etienne, Elsa Foucaud, Valérie Foury, François Herpeux, Antoine Mermet, Marie Nachury, Théodore Oliver, Chloé Sarrat, Benjamin Villemagne
musique Antoine Mermet, Marie Nachury
régie lumière Valérie Foury
régie générale Martin Barré Costumes Coline Galeazzi

production Groupe Fantômas, MégaSuperThéâtre
coproduction et accueil en résidence Dôme Théâtre – Scène conventionnée d’Albertville, Bateau Feu – Scène nationale de Dunkerque, Théâtre Nouvelle Génération – CDN de Lyon, Théâtre des 13 Vents – CDN de Montpellier, ThéâtredelaCité – CDN de Toulouse, Théâtre de Privas – Scène conventionnée « Art en territoire », Le lieu unique – Scène national de Nantes, Les Aires – Théâtre de Die et du Diois – Scène conventionnée « Art en territoire ».
Soutiens du Groupe Fantômas Ministère de la Culture/ DRAC Auvergne-Rhône-Alpes, Région Auvergne-Rhône-Alpes,
Ville de Lyon Soutiens du MégaSuperThéâtre Ministère de la Culture/ DRAC Occitanie, Région Occitanie, Ville de Toulouse, Occitanie en scène dans le cadre de son accompagnement au Collectif En jeux.

Strip, au risque d’aimer ça

Julie Benegmos et Marion Coutarel

L’installation performative de Julie Benegmos et Marion Coutarel propose aux spectateurs une expérience immersive dans le milieu du striptease. Mêlant fiction, récit autobiographique et témoignages, Strip : Au risque d’aimer ça vient déranger l’ordre social et sexuel de notre société, déplaçant notre regard vers la question de l’amour.

générique

sur une idée « vécue » de : Julie Benegmos
mis en scène et interprété par : Julie Benegmos et Marion Coutarel
interviews des stripteaseuses filmés par : Julie Benegmos
scénographie et costumes : Aneymone Wilhelm
univers musical : Emmanuel Jessua
création lumière : Anne Vaglio
regards extérieurs : Maxime Arnould, Nicolas Herredia, Elodie Padovani

coproduction : Le Kiasma Castelnau-le-Lez, Théâtre Molière – Sète-scène nationale archipel de Thau, Théâtre des 13 vents CDN Montpellier, Réseau Puissance Quatre : Théâtre Sorano à Toulouse / CDN de Tours / Théâtre Universitaire de Nantes / Théâtre 13 à Paris, Collectif En Jeux
en partenariat avec Le Centquatre – Paris, Théâtre de la Cité CDN Toulouse, Le Grand Parquet – Théâtre de la Villette
ce spectacle reçoit le soutien d’Occitanie en scène dans le cadre de son accompagnement Collectif En Jeux

Inferno

Roberto Castello

Dans l’Enfer traditionnel, après la mort, les damnés expiaient leurs fautes sans devoir de surcroît rivaliser entre eux. Mais l’Enfer contemporain, celui que nous vivons, nous classe selon nos qualités : beauté, équité, responsabilité, humilité. Le salut de notre ego, de notre compte en banque et de notre vie affective en dépend. Avec Inferno, tragédie sous forme de comédie, Roberto Castello arpente le marché des nouvelles valeurs morales.

générique

chorégraphie, mise en scène, projet vidéo : Roberto Castello
musique : Marco Zanotti
lumières : Diego Cinelli
danse : Martina Auddino, Erica Bravini, Jacopo Buccino, Riccardo De Simone, Giselda Ranieri, Ilenia Romano
assistant : Alessandra Moretti
animations 3D : Roberto Castello, Alessandra Moretti
costumes : Desirée Costanzo

une coproduction ALDES, CCN de Nantes dans le cadre de l’accueil-studio, soutenu par le Ministère de la Culture / DRAC des pays de la Loire, Romaeuropa Festival, Théâtre des 13 vents CDN, Centre Dramatique National Montpellier et avec le soutien du RESISTERE E CREARE – Fondazione Luzzati Teatro della Tosse et ARTEFICI.ResidenzeCreativeFvg / ArtistiAssociati

avec le soutien du MIBAC / Direzione Generale Spettacolo dal vivo, REGIONE TOSCANA / Sistema Regionale dello Spettacolo

À ne pas rater

À ne pas rater

Nicolas Heredia

En assistant à ce spectacle, vous allez rater tout ce qui se passe ailleurs, au même moment. Cette dernière décennie, au rythme endiablé où vont le monde et ses produits, deux syndromes anxieux ont été conceptualisés : le FoMO (Fear of Missing Out, ou la peur constante de manquer une information importante dont tout le monde serait déjà au courant sauf vous) et le FoBO (Fear of Better Options, ou le sentiment permanent d’être en train de rater quelque chose de potentiellement mieux).

générique

écriture, scénographie et mise en scène : Nicolas Heredia
avec : Nicolas Heredia, Sophie Lequenne
manipulations : Gaël Rigaud, Marie Robert
collaboration artistique : Marion Coutarel
création lumière : Marie Robert

production : La Vaste Entreprise
coproduction : Le Parvis – Scène nationale Tarbes Pyrénées ; Théâtre des 13 vents CDN Montpellier, Théâtre Jean Vilar – Montpellier ; SNA – Scène nationale d’Albi
soutiens : Théâtre d’O – Département de l’Hérault ; Hangar Théâtre — ENSAD Montpellier ; Musée du Louvre-Lens ; Culture Commune – Scène nationale du Pas de Calais ; Théâtre de Nîmes – Scène conventionnée ; Scènes Croisées de Lozère – Scène conventionnée; Résurgence – Arts vivants en Lodévois & Larzac ; Le Sillon – Scène conventionnée (Clermont-l’Hérault) ; Hérault Culture – Scène de Bayssan
avec l’aide de : DRAC Occitanie ; Région Occitanie ; Département de l’Hérault; Ville de Montpellier
création soutenue par Occitanie en scène et l’Onda

durée 1h (sous réserve)

Par autan

Par autan

François Tanguy

Comme dans les dernières pièces du Radeau, le titre indique, sous forme d’énigme, un mouvement. Il fut parfois musical (Coda, Item), parfois corporel (Soubresaut). Cette fois c’est d’un vent qu’il s’agit, l’autan, venant de la haute-mer, traversant la haute-montagne, poussant d’un coup brusque ou caressant ceux qui se promènent, comme les figures du Radeau, sur les chemins de l’Histoire, jonchés de masques, de perruques, de murmures, de grimaces, de poèmes, de farces enfantines, de turbulences nocturnes et d’éclairs symphoniques.

générique

mise en scène et scénographie : François Tanguy
avec : Frode Bjørnstad, Samuel Boré, Laurence Chable, Martine Dupé, Erik Gerken, Vincent Joly, Anaïs Muller
élaboration sonore : Éric Goudard et François Tanguy
lumières : François Fauvel et François Tanguy (en cours)

coproduction : Théâtre du Radeau (Le Mans); Théâtre des 13 vents CDN Montpellier; La Comédie de Caen – CDN ; Festival d’Automne à Paris ; Les Quinconces et L’Espal – Scène nationale Le Mans ; Théâtre National de Strasbourg, en cours

durée 1h30

La Gigogne des tontines

La Gigogne des tontines

Alain Béhar

La grande histoire, celle de l’humanité, en contient une infinité de plus petites, prises les unes dans les autres (d’où les gigognes, comme les poupées). Et depuis la fin du nomadisme, il y fut souvent question d’économie, sous forme de caisses, banques, assurances petites ou grandes (d’où les tontines, comme pot commun). Ceux qui témoignent ici sont de bons vivants âgés grosso modo de 500 000 ans, un peu sympathiques et un peu minables, qui ont tout traversé et s’en sortent bien, les éternels conquérants in progress du moindre territoire et des marchés à prendre depuis la nuit des temps.

générique

texte et mise en scène: Alain Béhar
avec : Marie Vayssière, Alain Béhar, (distribution en cours)
dramaturgie : Marie Vayssière
lumière : Claire Eloy
scénographie : Matthieu Lorry-Dupuy et Cécile Marc
musique et sons : Carole Rieussec et Jean-Kristoff Camps

coproduction : Compagnie Quasi ; Théâtre des 13 vents CDN Montpellier ; Théâtre du Bois de l’Aune
(Aix-en-Provence) ; Théâtre Garonne – Scène européenne (Toulouse) ; Scène Nationale Châteauvallon – Liberté (Toulon) ; Pôle Arts de la Scène (Marseille)
production déléguée : Théâtre du Bois de l’Aune

durée 1h30 sous réserve

Gulliver, le dernier voyage

Gulliver, le dernier voyage

Madeleine Louarn et Jean-François Auguste

Lors de son troisième voyage, Gulliver se rend à Laputa, à Balnibarbi, à Glubbdubrib, à Luggnagg et au Japon. Et partout il observe la même inquiétude : et si le monde touchait à sa fin? Cela se dit dans toutes les langues, mais celle de Swift, saturée d’humour noir et de vocabulaire bricolé, d’inventions philosophico-burlesques et de limpides énormités, est la seule à pouvoir la traduire. Elle est la voie d’entrée royale
pour Madeleine Louarn, Jean-François Auguste et l’Atelier Catalyse pour arpenter la gamme mouvementée, flamboyante et fragile de nos craintes et de nos utopies.

générique

librement inspiré des Voyages de Gulliver de Jonathan Swift et réécrit pour le théâtre par les comédiens et comédiennes de l’Atelier Catalyse
mise en scène : Madeleine Louarn et Jean-François Auguste
dramaturgie et ateliers d’écriture : Leslie Six et Pierre Chevallier
avec : Pierre Chevallier et les interprètes de l’Atelier Catalyse : Manon Carpentier, Jean-Claude Pouliquen, Tristan Cantin, Christelle Podeur, Guillaume Drouadaine, Sylvain Robic, Emilio Le Tarau
scénographie : Hélène Delprat
création lumière : Mana Gautier
création costumes : Clémence Dellile
création musicale : Alain Mahé
accompagnement éducatif de Catalyse : Erwanna Prigent et Julien Ronel

productions déléguées : Centre National pour la Création Adaptée ; Cie For Happy People And Co • création : Festival d’Avignon
coproduction : MC93 — Maison de la Culture de Seine-Saint- Denis à Bobigny; Le Quartz — Scène nationale de Brest ; La Comédie de Reims ; Théâtre National de Bretagne, Centre Européen Théâtral et Chorégraphique ; MC2 Maison de la culture — Scène nationale de Grenoble; Points communs — Nouvelle Scène nationale de Cergy-Pontoise / Val d’Oise ; Théâtre des 13 vents CDN Montpellier ; Théâtre du Pays de Morlaix — Scène de territoire pour le théâtre ; ESAT des Genêts d’Or
avec la participation artistique du Jeune théâtre national
remerciements à l’Atelier du Théâtre National de Bretagne

durée 1h20

Archée

Mylène Benoit

« Archée est une recherche sur la place des femmes dans le monde, aujourd’hui et dans l’histoire.
Ce projet chorégraphique et musical met en question les égalités symboliques, politiques, sociales ou intimes entre femmes et hommes, à partir des rituels initiatiques – contemporains ou ancestraux – qui jalonnent le parcours des individus.

générique

Avec Célia Gondol, Hanna Hedman, Sophie Lebre, Agnès Potié, Marcela Santander Corvalán, Tamar Shelef, Wan-Lun Yu
Et les musiciennes Pénélope Michel, Annabelle Playe

conception, mise en scène Mylène Benoit
chorégraphie Mylène Benoit avec Célia Gondol, Hanna Hedman, Sophie Lebre, Agnès Potié, Marcela Santander Corvalán, Tamar Shelef, Wan-Lun Yu
création musique et voix Pénélope Michel et Annabelle Playe, Anne-Laure Poulain
dramaturgie Céline Cartillier
dramaturgie sonore Manuel Coursin
collaboration artistique Magda Kachouche
scénographie Rachel Garcia
stagiaire scénographie Angèle Guilly
lumière Rima Ben Brahim
costumes Frederick Denis, assisté de Louise Dael
accessoires Maeva Cunci
partage de pratiques voix et corps Emilie Domergue (Cri et voix saturée), Marie-Pascale Dubé (Chant de gorge), Laurence Oriou (Kyudo), Nina Santes (travail corps et voix), Corine Sombrun / TranceScience Research Institute (Transe)
direction technique Caroline Carliez, Greg Leteneur, Franck Titecat
directrice de production Fanny Virelizier
administration Sarah Calvez
production, diffusion, communication Camille Martin-Sermolini

production : Contour Progressif
coproduction : Festival d’Avignon, Le phénix scène nationale Pôle européen de création à Valenciennes, National Theater Concert Hall (NTCH) (TAIPEI, Taiwan), Théâtre du Beauvaisis, Scène nationale de Beauvais, Les Quinconces et L’Espal, Scène nationale du Mans, VIADANSE- Direction Fattoumi/Lamoureux – CCN de Bourgogne France-Comté à Belfort, L’échangeur-CDCN Hauts-de-France, La Manufacture CDCN Nouvelle-Aquitaine Bordeaux · La Rochelle, Maison de la Culture d’Amiens Pôle européen de création et de production, L’empreinte, Scène nationale Brive-Tulle
Chaillot – Théâtre national de la Danse, Centre Chorégraphique National Roubaix Hauts-de-France – Sylvain Groud
Théâtre des 13 Vents CDN de Montpellier, Abbaye de Maubuisson avec la Villa Kujoyama, Festival NEXT, Le Gymnase CDCN Roubaix – Hauts-de-France

avec le soutien de
Région Hauts-de-France, Drac Hauts-de-France, Institut Français, Métropole Européenne de Lille, Ville de Lille, Art Zoyd, et pour la 75e édition du Festival d’Avignon : Spedidam

Remerciements Claire Bisman – Sage-femme, Catherine Boucher et les pratiquants du club de Kyudo du Mans, Le Comité National de Kyudo, Charlotte Fouchet-Ishii – directrice de la Villa Kujoyama, Carole Fritz – directrice scientifique de la grotte Chauvet, Florence Gravas – philosophe, Claire Harsany – conseillère, Ministère de la Culture de Taïwan, Tokiko Ihara – musicienne de Sho, Gaëtane Jonnequin – sage-femme, Cho-Pei Kao – National Theater & Concert Hall Taiwan, Masako Kotera – chargée de mission culturelle, Villa Kujoyama, Anne Leroy – sage-femme, Pierrette Le Berre – enseignante d’histoire-géographie, retraitée, Meryem Le Saget, Elaine Liu – National Theater & Concert Hall Taiwan, Pi-Chen Liu – ethnologue, spécialiste des sociétés matrilinéaires aborigènes de Taïwan, Sumiko Oe-Gottini – conseillère artistique pour la Villa Kujoyama, Laurent Pirard – chargé de communication CNKyudo, Cyril Seassau