Othello, variation pour trois acteurs

L’enjeu de cette adaptation est d’interroger la construction politique et idéologique de la figure de l’Étranger en Europe, à partir d’une situation historique lointaine : celle de l’Othello de Shakespeare. Dans une république marchande (Venise), le mariage d’un général arabe (Othello) et de la fille d’un riche sénateur (Desdémone) fait scandale.
Fantasmes de l’étranger (désirable et haïssable), construction politique d’un affect obscur (la jalousie), manipulation des signes (dans le flot continu de l’information), traversée des clichés (auxquels chacun est tenté d’adhérer), tels sont les motifs shakespeariens qui éclairent une situation historique et politique contemporaine.

Nathalie Garraud, Olivier Saccomano

Ce qu’on fait, c’est un travail de troupe, au sens où des gens, armés des pratiques qui sont les leurs, pensent, dialoguent, travaillent ensemble au rythme de cycles de création s’étendant sur plusieurs années. Ces cycles partent d’un motif qui insiste dans nos existences, que nous percevons obscurément au fil des transformations historiques, comme une chose embarrassante dont nous ne savons pas quoi faire. Comme le Graal dans les romans de chevalerie : personne ne sait vraiment ce que c’est, sinon qu’il promet une aventure, et sûrement quelques épreuves. Alors on se met en route, ensemble mais chacun dans son champ (mise en scène, écriture, jeu, lumière, scéno…). On n’écarte pas la contradiction. Souvent, nos accords sont faits de désaccords. C’est une sorte de lutte. Entre l’idée et la matière. Et de cette lutte naissent des formes, qui jalonnent le chemin. Avant la prochaine bifurcation. Il n’empêche, ça creuse un sillon. Ça fait sortir de nouveaux poèmes, de nouvelles relations entre les acteurs et le public, entre un mot et un geste, un temps et un espace. C’est là que le théâtre peut inventer. Quand il parvient à créer entre ces éléments d’autres types de relations que celles qui règlent le scénario de l’obéissance quotidienne, alors des transformations s’opèrent pour les gens, discrètes sûrement, mais décisives.

générique

conception : Nathalie Garraud et Olivier Saccomano d’après William Shakespeare
mise en scène : Nathalie Garraud
texte : Olivier Saccomano
jeu : Mitsou Doudeau, Cédric Michel, Conchita Paz ou Charly Totterwitz
scénographie : Jeff Garraud
costumes : Sarah Leterrier, assistée de Sabrina Noiraux
lumières : Guillaume Tesson
assistanat à la mise en scène : Florian Onnein
le texte de la pièce est publié aux éditions Les Solitaires Intempestifs

production déléguée : Théâtre des 13 vents CDN Montpellier
coproduction : le Théâtre du Beauvaisis – Scène nationale, le Safran – Scène conventionnée d’Amiens

durée 1h25

dates et lieux de tournée

  • du 2 au 4 mars 2020 • Théâtre de Charleville-Mézières • Charleville-Mézières
  • 13 et 14 mars 2020 • Théâtre de l’Usine • Saint-Céré
  • 16 et 17 mars 2020 • ATP de Lunel • Lunel
  • 18 mars 2020 • Théâtre Albarède • Ganges
  • du 13 au 15 mai 2020 • Théâtre du Préau, Centre Dramatique National de Normandie – Vire • Vire