Music all

Cette pièce est une longue métamorphose, un cycle de destruction et de résurrection, un numéro de Music-hall sans fin où apparaissent les obsessions de chaque interprète. La scène est une aire d’autoroute, sombre, abandonnée, avec son aire de jeux pour les enfants. Whitney Houston y frise l’implosion. Marguerite Duras y prône la destruction de tout. Et au fil des artifices, les questions naissent en silence : qui est sur la scène? pour quel numéro de trop? pour quel échec, quel salut, quel abandon ?

Marco Berrettini, Jonathan Capdevielle et Jérôme Marin

Danseur et chorégraphe italien, Marco Berrettini est né en Allemagne. Son intérêt pour la danse commence en discothèque. En 1978, il gagne le championnat allemand de danse Disco. À 17 ans, il débute sa formation de danseur ; d’abord à la London School of Contemporary Dance, pour ensuite se diplômer à la Folkwangschulen Essen où il développe son intérêt pour le Tanztheater et devient chorégraphe. En 1988, il déménage en France.
Il a produit depuis une trentaine de spectacles.
Son activité s’étend de la performance dans un musée à la collaboration avec des réalisateurs de films, de l’installation avec des plasticiens au dîner avec des gens célèbres qui ne le connaissent pas.

Formé à l’École Nationale Supérieure des Arts de la Marionnette, Jonathan Capdevielle a été interprète dans plusieurs mises en scène (de Lotfi Achour, Yves-Noël Genod…) et est le collaborateur de Gisèle Vienne depuis ses débuts (il a été interprète de quasiment toutes ses pièces). Après avoir créé quelques événements/ performances, il commence à développer son propre travail en 2009, qui mêle autofic- tion, récits et histoires intimes, en s’appuyant sur l’imitation et des références venues de la culture populaire. Ses deux dernières pièces sont des adaptations : en 2017 il crée À nous deux maintenant, adapté du roman Un Crime de Georges Bernanos, et en 2019 Rémi, d’après Sans famille d’Hector Malot.

Formé au Conservatoire d’Orléans, Jérôme Marin s’oriente rapidement vers le cabaret, à travers l’univers de Karl Valentin. Il créé en 2001 le personnage de Monsieur K., dont il écrit la plupart des chansons. Il travaille comme comédien, notamment dans Entre les murs d’après François Bégaudeau, m.e.s François Wastiaux. Il propose des formes mêlant danse et chanson avec par exemple François Chaignaud ou Daniel Larrieu. En 2015, il prend la direction artistique du cabaret Madame Arthur. À partir de 2018, il imagine de nouveaux projets autour du cabaret, dont son rendez-vous parisien : LE SECRET.

conception : Marco Berrettini, Jonathan Capdevielle et Jérôme Marin
Interprétation : Marco Berrettini, Jonathan Capdevielle, Ilel Elil, Jérôme Marin et Franck Saurel
composition et « musique live » : Ilel Elil
assistant artistique : Louis Bonard
scénographie et lumières : Bruno Faucher
construction modules : MC2-Grenoble
décoration modules : Daniel Martin
réalisation haie végétale : AtelierVierano
régie lumières : Jean-Philippe Roy
costumes : Colombe Lauriot Prévost
assistante costumes : Lucie Charrier
création sonore : Vanessa Court
régie générale : Jérôme Masson
production, diffusion, administration : Fabrik Cassiopée – Manon Crochemore, Isabelle Morel et Pauline Delaplace
Tutu production – Pauline Coppée

production déléguée : Association Poppydog et *Melk Prod
coproduction : L’Arsenic – Lausanne ; l’ADC – Genève; Festival d’Automne à Paris ; CCN2 – Centre chorégraphique national de Grenoble dans le cadre de l’accueil studio ; le Manège – Scène nationale de Reims ; T2G Théâtre de Gennevilliers CDN ; Théâtre des 13 vents CDN Montpellier ; Théâtre de Lorient – CDN ; Centre Dramatique National d’Orléans ; La rose des vents – Scène nationale Lille Métropole – Villeneuve d’Ascq ; MC2 : Grenoble ; Le Lieu Unique – Scène nationale de Nantes
remerciements à Nanterre-Amandiers, Centre dramatique national
avec le soutien de la Fondation Schweizerische Interpretenstiftung et la fondation Ernst Göhner.
La compagnie *Melk Prod. est au bénéfice d’une convention de soutien conjoint avec la Ville de Genève, le Canton de Genève et Pro Helvetia, Fondation suisse pour la culture.
L’association Poppydog est soutenue et accompagnée par la Direction régionale des affaires culturelles d’Ile-de-France – ministère de la Culture, au titre du conventionnement
création le 22 septembre 2021 à l’Arsenic – Lausanne (CH)