La Beauté du geste

Cernés par l’état d’urgence, cinq acteurs attirent à eux les grands corps de l’État : la Police et la Justice. Ils jouent des CRS, répètent les gestes élémentaires et métaphysiques du maintien de l’ordre, poussant le jeu des apparences jusqu’au trouble où la pensée dérape. La Justice, interrompant la pièce, bouclera le théâtre pour atteinte à l’autorité de l’État, intentant un procès d’exception aux acteurs et aux spectateurs. Début d’une grande ronde où, parmi robes, perruques et postiches, prévenus et magistrats improvisés s’exercent au jugement de l’art.

Nathalie Garraud et Olivier Saccomano

Un autoportrait de troupe ? La première image qui vient, c’est celle d’une barque. Peut-être à cause du radeau immobile et en partance, sur lequel s’échouait une de nos pièces, Soudain la nuit. Un esquif porté par ses propres forces où des gens construisent des rapports, entre eux et à leur art, dans la beauté et l’adversité du temps long.
Ils se soutiennent, se déchirent, cherchent une direction dans l’obscurité ou dans l’éblouissement d’une lumière trop forte.
La deuxième image, c’est celle d’une cave.
Peut-être parce que c’est là que tout a commencé, dans les sous-sols humides du squat de Rivoli ou du théâtre de Tripoli. Ou bien pour se rappeler que, dans certains pays et à certaines époques, le théâtre se faisait dans des caves, où des gens se cachaient pour poursuivre leurs fragiles et irréductibles obsessions.
La troupe, c’est cet espace borné, où la nouveauté peut venir d’une voix qui se met un jour à trembler, d’une posture qui soudain se transforme, de l’épuisement des anciennes possibilités, usées jusqu’à la corde par la répétition.
Et cet espace, c’est le monde lui-même, dont nul ne sort, mais qui peut se renverser sous nos yeux. Parce que ce qu’on y cherche, comme dit le singe de Kafka dans Rapport pour une académie, ce n’est pas la liberté mais une issue.

Nathalie Garraud & Olivier Saccomano

conception : Nathalie Garraud et Olivier Saccomano
écriture : Olivier Saccomano
mise en scène : Nathalie Garraud
jeu : Mitsou Doudeau, Cédric Michel*, Florian Onnéin*, Conchita Paz*, Charly Totterwitz*
scénographie : Jeff Garraud
costumes : Sarah Leterrier
lumières : Sarah Marcotte
son : Serge Monségu
assistanat à la mise en scène : Romane Guillaume
*Troupe Associée au Théâtre des 13 vents

texte à paraître en janvier aux éditions Les Solitaires Intempestifs

production : Théâtre des 13 vents CDN Montpellier
coproduction : Maison de la Culture d’Amiens — Pôle Européen de production<&nbsp>; Châteauvallon — Scène nationale ; Les Scènes du Jura — Scène nationale ; Les Halles de Schaerbeek (Bruxelles)
avec le soutien de : La Vignette — Scène conventionnée Université Paul-Valéry Montpellier III ; du Bois de l’Aune (Aix-en-Provence) ; du T2G — CDN de Gennevilliers ; des Rencontres à l’échelle — Friche la Belle de Mai (Marseille)