coproductions

Madame L’Aventure

Madame L’Aventure

Lionel Dray et Clémence Jeanguillaume

Dans cette pièce, il est question d’explorateurs, de pantoufles, de monstres terribles avec des yeux terribles, d’une cité perdue, d’or et d’une grande femme. On croise aussi, à l’horizon, une diseuse de bonne aventure, des cartes, beaucoup de cartes, énormément de cartes. Et, encore plus loin, des bagarres pleines de bourre-pif entre le hazard avec un Z et une calculatrice.
Lionel Dray et Clémence Jeanguillaume inscrivent leur création bigarrée et fragmentaire dans la tradition littéraire des récits d’aventure. Prenant pour matériaux de départ les textes de grands explorateurs et quelques grands classiques (Don Quichotte ou Le Mont analogue), le duo imagine et compose un monde plein de terreur, de suspens, de sang et d’ennui, où l’étrange côtoie le familier, où les légendes fleurissent dans d’étroites ruelles, chuchotées de bouches balbutiantes à oreilles anxieuses.

générique

une création de et avec Lionel Dray et Clémence Jeanguillaume

création musicale : Clémence Jeanguillaume
scénographie : Jean-Baptiste Bellon
lumière et vidéo : Gaëtan Veber
son : Raphaël Joly
dramaturgie : Julien Vella
construction décor : Daniel Roussel
peinture : Daniel Roussel et Jean-Baptiste Bellon
masques : Loïc Nebreda
costumes : Gwendoline Bouget
illustration : Halim Talahari

production : théâtre Garonne – scène européenne, Toulouse
en collaboration avec OTTO Productions

coproductions : Théâtre national de Bordeaux en Aquitaine (TnBA) ; Théâtre des 13 vents CDN Montpellier ; Bonlieu Scène nationale Annecy ; Scène Nationale d’Albi-Tarn ; TANDEM, Scène nationale de Douai/Arras ; Malraux Scène nationale Chambéry Savoie ; Cité européenne du théâtre – Domaine d’O – Montpellier / PCM2024 ; Célestins, Théâtre de Lyon
soutiens  :  La Fonderie au Mans ; Les Abattoirs d’Eymoutiers
remerciements : Théâtre du Préau, Centre Dramatique National de Normandie – Vire

durée 1h15 sous réserve

Sur le chemin des glaces

Sur le chemin des glaces

Bruno Geslin

À l’hiver 1974, alors que son amie et critique de cinéma Lotte Eisner agonise dans un hôpital parisien, le réalisateur Werner Herzog s’en fait le serment : elle ne mourra pas sans qu’ils se soient revus. Il prend la route à pied, de Munich à Paris. Trois semaines d’une marche glaçante et éblouie à travers champs, banlieues, forêts enneigées, cabanes de fortune et pavillons à l’abandon. Il consigne ses visions et pensées dans un journal qui tient moins du carnet de bord que d’une hallucinante épopée moderne : une traversée de l’Europe en solitaire, entre terre et ciel, une descente aux tréfonds de l’esprit, une marche contre la mort, une quête pour tenir sa ligne et son pari, apprendre à voir et peut-être à voler. À l’hiver 2023, Bruno Geslin et ses camarades ont refait la route, toujours à pied, mettant leurs pas dans ceux de Herzog, suivant à la trace les mots et les lieux, jusqu’à la scène où ce soir il faudra tout refaire.

générique

de Werner Herzog
adaptation et mise en scène Bruno Geslin

avec : Clément Bertani et Guilhem Logerot

images : Bruno Geslin, Clément Bertani
scénographie : Bruno Geslin, en collaboration avec Jeff Desboeufs, Benoît Biou, Gilles Montaudier et l’atelier de construction du Théâtre de la Cité – CDN Toulouse
musique : Guilhem Logerot
son : Pablo Da Silva
régie générale lumières : Jeff Desboeufs
vidéo : Quentin Vigier, Julie Pareau
costumes : Hanna Sjödin
assistant à la mise en scène : Simon-Elie Galibert

régie plateau : Gilles Montaudier
graphisme journal de création de la marche surlechemindeglaces.com : Stéphane Perche

 

production : La Grande Mêlée
coproduction : Théâtre des 13 vents CDN Montpellier ; TNB – Rennes ; Scène nationale d’Albi – Tarn ; Espaces Pluriels – Pau ; Théâtre 71 Scène nationale Malakoff ;Tandem Scène nationale Douai Arras
soutien à la résidence : Manufacture Maraval, Boissezon, Tarn
soutien : Ensad – Montpellier et le Jeune Théâtre National

Sur le chemin des glaces de Werner Herzog, traduction Anne Dutter, est publié aux éditions Payot & Rivages.
Werner Herzog est représenté par L’ARCHE – agence théâtrale.

durée 1h30 sous réserve

Un peu plus d’une heure de temps

Adrien Béal

Pour cette nouvelle collaboration et première création d’Adrien Béal en tant que directeur du Studio-Théâtre de Vitry, ils s’entourent d’un groupe de six acteur·rice·s pour mettre en jeu et en question nos expériences du temps.
Ils s’intéresseront plus précisément à la manière dont nos perceptions du temps vécu s’accrochent à des repères collectifs, qu’il s’agisse de la mesure, des récits historiques ou d’autres manières de saisir le temps.
Pendant un peu plus d’une heure, la pièce suivra les comportements solitaires et collectifs de quelques personnes qui inventent des moyens d’avoir prise sur leur temps et sur le nôtre, empruntant ainsi les chemins d’une histoire inattendue.

générique

une création collective du Théâtre Déplié

constitution de l’équipe en cours
écriture : Nicolas Doutey avec l’ensemble de l’équipe
mise en scène : Adrien Béal
collaboration artistique : Yann Richard
jeu : Lou-Adriana Bouziouane, Pierre Devérines, Émile-Samory Fofana, Julie Lesgages, Louis Lubat et Laurence Mayor
scénographie : Lucie Gautrain et Daniel Jeanneteau
lumières : Juliette Besançon

régie générale et son : Martin Massier
production, diffusion, administration : Fanny Paulhan
relations presse : Agence Plan Bey

production : Compagnie Théâtre Déplié
coproduction (en cours) : , Studio-Théâtre de Vitry, Théâtre des 13 Vents CDN Montpellier, Théâtre de la Manufacture, CDN Nancy Lorraine, Théâtre Jean-Vilar de Vitry-sur-Seine
avec le soutien : du Théâtre Joliette (Marseille), de Malakoff scène nationale et de Lilas en Scène
la Cie Théâtre Déplié est conventionnée par le Ministère de la Culture – DRAC Île-de-France

Le Mauvais Sort

Céline Champinot

Le Mauvais Sort est la seconde pièce de notre cycle de création l’Amour et l’Occident.
Si l’amour n’existe pas en lui-même, s’il est inventé chaque fois qu’il est nommé, de quoi nos fictions amoureuses sont-elles les symptômes ?
Chansons d’amour fou, films romantiques ou tragédies classiques, ces refrains tristes pour jeunes gens exaltés nous informent à l’avance que l’amour a un prix :
 la passion torturante, l’attente infernale, la terreur de l’abandon…Quels sont ces fantasmes qui nous électrisent et nous rendent malades ? Que disent-ils de nous et que disent-ils du monde dans lequel nous vivons ?

générique

texte et mise en scène : Céline Champinot
avec Zakary Bairi, Anaïs Gournay, Elise Marie, Julien Villa, Adrienne Winling
scénographie : Émilie Roy
lumière : Claire Gondrexon
musique : Antoine Girard
chorégraphie, dramaturgie : Céline Cartillier
costumes Les Céline
(en cours…)

production : groupe LA GALERIE, compagnie associée au Théâtre des 13 Vents – CDN de Montpellier 

coproduction : Théâtre des 13 vents – CDN Montpellier, Théâtre Varia Bruxelles, La Manufacture CDN de Nancy, Théâtre de la Bastille, Studio Théâtre de Vitry Avec le soutien de Théâtre Paris-Villette, Centre Dramatique National Besançon Franche Comté (en cours…)