Poésie!

Dieudonné Niangouna

En 1997, avec son frère Criss, il créé à Brazzaville La Compagnie Les Bruits de la Rue dont il signe les textes et les mises en scène : La Colère d’Afrique, Bye-Bye et Carré blanc. Il met en scène et joue Dans la solitude des champs de coton de Bernard Marie Koltès, présenté en France, en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale fin 2006.

En 2005, Dieudonné Niangouna a fait partie des quatre auteurs de théâtre d’Afrique présentés en lecture à la Comédie Française (Vieux Colombier).

Dieudonné Niangouna a été artiste associé à l’édition 2013 du Festival d’Avignon, puis d’octobre 2014 à mars 2017 artiste associé au Künstlerhaus Mousonturm à Francfort.

Ses textes publiés sont Capitaine 10 (dans le cadre des résidences d’écritures organisées par la compagnie Ngoti en 2003 à Yaoundé au Cameroun), Carré-Blanc (suivi de Pisser n’est pas jouer) aux éditions Interlignes (Cameroun) 2004 ; Teatro Dieudonné Niangouna (Carré-Blanc, Patati Patatra et des Tralala, Attitude Clando) aux éditions Corsare, Italie 2005 ; Banc de Touche aux éditions Corsare, Italie 2006 et Dors Antigone aux éditions Nzé, Paris 2007.

En 2007, sont parus Attitude Clando et My name is (dans le volume « Jeunes auteurs en Afrique ») aux éditions CulturesFrance, Paris, et La trace : Volume I (Attitude Clando, My name is, Intérieur-Extérieur, La mort vient chercher chaussure, Pisser n’est pas jouer) aux éditions Carnets-Livres.

En 2010, sont parus Attitude Clando et Les Inepties volantes dans le même ouvrage aux Editions Les Solitaires Intempestifs. Chez le même éditeur, sont parus aussi Le Socle des Vertiges (2011), Acteur de l’écriture (2013), M’appelle Mohamed Ali (2014) et Le Kung Fu (2014).

Est paru aussi aux Editions Carnets-Livres (2013) un recueil de pièces comprenant Shéda, Un rêve au-delà et M’appelle Mohamed Ali.

source : Cie Les Bruits de la Rue

T’as les banques, t’as les armes, t’as les banques, t’as les rames, t’as les banques, t’as les rames, t’as les banques, t’as les armes, t’as les banques, t’as les armes.

Le dernier texte de Dieudonné Niangouna, Et dieu ne pesait pas lourd, suivi de Un rêve au-delà, est paru aux éditions Les Solitaires Intempestifs.

lecture suivie d’une scène ouverte

avec l’association Mosson Full Contact et Uni’sons

 

 

Salle de sports Jacques Brel, Avenue de Naples 34000 Montpellier