avril

Shakespeare tolère mal la demi-mesure. S’y frotter appelle un geste franc, égal à celui qu’appliquaient cet auteur et sa troupe aux œuvres qu’ils remaniaient, pour les tordre au feu de leur temps, au rythme de leurs intuitions, à la foudre de nouvelles métaphores. Les pièces de Dieudonné Niangouna et Julien Guill ne lésinent pas. La première embrasse en un seul mouvement la traversée de presque tous les rôles des grandes tragédies shakespeariennes, réécrits à travers le regard de quinze jeunes acteurs rencontrés ces dernières années, d’atelier en atelier, en Europe et en Afrique. Julien Guill isole de l’œuvre deux des pièces vénitiennes, les découpant chacune à la mesure d’un face-à-face, entre deux hommes que joueront deux femmes. Transformer tous les rapports, disait jadis un mot d’ordre, ou de désordre. Shakespeare est le poète des transformations. Disons, en paraphrasant un autre poète, que faire aujourd’hui usage de Shakespeare sans le transformer, c’est le trahir.

13vents-2020-04

et aussi

du 20 au 30 avril, stage Teintures naturelles

dans le cadre de l’atelier costumes, destiné aux professionnels

mer 22 avril de 10 h à 18 h, atelier de lecture

ouvert à tous

jeu 30 avril de 19 h à 21 h, atelier de la critique

retour sur Trust / Shakespeare / Alléluia, ouvert à tous