janvier

La troupe //Interstices de Marie Lamachère s’est longtemps attelée à tirer des fictions du passé — Brecht, Beckett ou Büchner — quelques armes pour saisir les formes sociales de notre temps, et les formes d’un nouveau théâtre d’acteurs. Et puis s’est ouvert un vaste chantier, inspiré d’un penseur du XIXe siècle, Charles Fourier, dit parfois utopiste. Fourier voyait loin dans le futur. Armé d’une étrange théorie scientifique – l’attraction passionnelle -, il imaginait des modèles de vie en société, les phalanstères, comme alternative aux ravages des sociétés industrielles. Habitat, travail, amours, arts, il n’écartait aucune des dimensions de l’homme. Ce rêve précis a poussé la compagnie //Interstices à une méticuleuse enquête de terrain sur les utopies contemporaines, rurales et urbaines, dont sont nées, comme par un juste retour des choses, deux pièces de fiction : Nous qui habitons vos ruines, qui se jouera en itinérance tout au long de la saison, et De quoi hier sera fait, créée au théâtre.

13vents-2020-01

et aussi

du 8 au 10 janv, atelier de jeu

dirigé par les acteurs de la Troupe Associée,
réservé aux professionnels

lun 13 jan à 19 h 45, L’Époque

de Matthieu Bareyre

au cinéma Diagonal

jeu 30 janv, de 19 h à 21 h, atelier de la critique

retour sur De quoi hier sera fait, ouvert à tous

à l'entour

La saison dernière, nous recevions Valère Novarina au Théâtre des 13 vents, nous vous recommandons, en janvier, de découvrir sa dernière création programmée par le Théâtre Molière à Sète (avec la possibilité de réserver pour ces représentations auprès de notre billetterie).

mar 14 janv à 20 h 30 et mer 15 janv à 19 h
au Théâtre Molière-Sète, scène nationale archipel de Thau

durée estimée : 2 h

L’Animal imaginaire
de Valère Novarina

En préparant une exposition de ses peintures à Thonon en 2018, Valère Novarina se rend compte qu’en touchant, retouchant d’anciennes toiles, la résonance entière du tableau se trouve modifiée. Il décide pour la première fois pour ce spectacle de travailler le texte comme les toiles, en poussant encore plus loin l’expérience physique, matérielle de l’écriture. Au milieu du surgissement de la parole qui donne lieu à des morceaux inédits, il retourne à d’anciens textes qu’il remanie en changeant l’ordre, la place, le montage, pour en extraire des sonorités nouvelles.
« Étymologiquement, le mot théâtre signifie ”voir“. Nous venons voir la figure humaine décomposée et recomposée. Je raconte toujours ça : le démontage de l’idole humaine. » V. N.

texte, mise en scène et peintures : Valère Novarina
avec : Manuel Le Lièvre, Agnès Sourdillon, Nicolas Struve, Julie Kpéré, Édouard Baptiste, Dominique Parent, Valérie Vinci, René Turquois, Valès Bedfod et Christian Paccoud
collaboration artistique : Céline Schaeffer
musique : Christian Paccoud
scénographie : Jean-Baptiste Née
lumières : Joël Hourbeigt
costumes : Charlotte Villermet
dramaturgie : Adélaïde Pralon et Roséliane Goldstein
collaboration musicale : Armelle Dumoulin, violon : Mathias Lévy
assistante de l’auteur : Sidonie Han

theatredesete.com

réserver